Finlande...

au retour.

En résumé, la Finlande :

Dans le nord du pays, de beaux paysages de forêts et de lacs aux eaux aux couleurs changeantes du bleu foncé au noir en passant par l'or et l'argent. Au centre des montagnes et au sud des villes modernes et sans charme.

Nous garderons le souvenir de finlandais souriants et un poil moqueurs, de rennes à foison, de saunas partout, de douchettes dans les WC.

On oubliera la gastronomie bien trop riche, trop grasse, trop roborative et beaucoup trop copieuse, pour nos petits estomacs délicats et fragiles.

Ci-dessus, le drapeau Sami

dates Etapes Km Déniv. VM Hébergement
mer. 28 juil. 21 Frontière à Sevettijärvi 34.53 253 21.46 Camping Sevetin Harju
jeu. 29 juil. 21 Kaamanen 92.59 503 20.37 Camping Kaamasen Kievari
ven. 30 juil. 21 Ivalo 71.30 453 20.79 Camping Näverniemi
sam. 31 juil. 21 Saariselka 31.54 386 19.66 Saariselka Kuukkeli Inn
dim. 01 août 21 Vuosto 42.46 284 21.17 B&B Maja
lun. 02 août 21 Sodankylä 92.5 265 22.23 Sodankylä apartments
mar. 03 août 21 Korvala 71.73 318 23.4 Korvalan kestikievari
mer. 04 août 21 Rovaniemi 63.56 364 21.29 Skylight apartment
jeu. 05 août 21 Rovaniemi       Lluxurious apartment
Du 06 au 09 août, voyage envoiture        
lun. 09 août 21 Helsinky 23.18 501 15.37 Sky Hostel
mar. 10 août 21 Helsinky-Tallinn 10 35    
Finlande (retour) Totaux 533.39 3362 185.74  
Moyennes 66.67 420 23.22  
           
ven. 06 août 21 Kärsämaki 360 453   Suolema camping
sam. 07 août 21 Juväskyla 230 797   Laajis Young Hostel
dim. 08 août 21 Helsinky 280 1043   Sky Hostel
lun. 09 août 21 Helsinky       Sky Hostel
mar. 10 août 21 Helsinky-Tallinn       Ferry (2h 30 de traversée)
Finlande en voiture En voiture 870 2293    
Total finlande (retour) 1403.39 5655    

 

Sevettijärvi

Ce matin, le froid et la bruine nous attendaient à la sortie de la cabane. Hier il faisait beau et chaud, nous étions en tee-shirts, aujourd’hui on ressort l'attirail hivernal, doudoune, gants chauds, pantalons chauds et sur-vêtements de pluie.

Moins de 2 km après le camping nous rencontrons le poste frontière norvégien. Nous allons rouler dans plus de trois kilomètres de "no mans land" avant de rencontrer le poste finlandais déserté. Ont-ils oublié de se lever ce matin ? Ou ont-ils renoncé à garder ce poste frontière ?

A part quelques rennes qui s'enfuient à notre approche, il y a peu de passage.

Le revêtement de la route s'améliore dès le passage de la frontière, un régal en Finlande.

La bruine devient pluie, puis apparaît un pâle rayon de soleil, puis la bruine....

Quand la pluie ne brouille pas ma vue, je suis émerveillée par les paysages de carte postale que nous avons sous les yeux. C'est magnifique. Maintenant je sais pourquoi le père Noël a élu domicile en Finlande, c'est un pêcheur ! En dehors de son job du 25 décembre, il va à la pêche dans les innombrables lacs et rivières pêcher le saumon, la truite, l'omble, le brochet et autres poissons ! Partout des campings avec de petites cabanes au bord des lacs pour les pêcheurs. Enfin presque partout parce que sur la petite route entre deux nationales que nous avons chois de prendre ils paraissent un peu distants ou très près.

Après avoir fait l'approvisionnement dans un magasin où on trouve tout et de tout : du pain, des roulements à billes, des wago pour remplacer mes andersons si ça re-grille, de la viande fraîche et grillée, des fruits des légumes, du matériel de camping, des vêtements et chaussures de travail, de pêche et randonnée..., des produits laitiers, des produits locaux....

A l'heure du déjeuner que nous avons un peu retardé pour nous caler au changement d'heure Finlandais, nous avons désormais une heure d'avance sur la France, la pluie a cessé. Comme il fait froid nous nous délectons de la viande grillée que nous avons acheté au supermarché, de salade et de chips avant de repartir très vite car il fait froid.

Nous nous posons à Sevettijärvi, dans une cabane, au camping Sevetin Harju. Ce soir le soleil est revenu et demain ? Ce sera un autre jour, ici j'ai un peu l'impression que les météorologistes sont dépassés par la vitesse de changement de temps.

Kaamanen

Triste et gris au réveil et toute la journée avec la fraîcheur en prime ! Vivement que la dépression s'évacue et que le soleil revienne afin que l'on revienne à des températures de saison. Osmand et Maps indiquent 3 campings sur la route, deux campings sont dans notre distance et un troisième à 90 km. Sachant que notre distance maximale c'est 80 km on oublie le troisième et on s'arrêtera dans l'un des deux. Le premier, j'ai un doute quand à son existence, mais le deuxième est bien présent, j'ai été sur le site. Il n'y a que 4 cabanes, espérons qu'il y en aura une libre car nous aurons besoin de chaleur.

Après quelques kilomètres des travaux sont annoncés, un chantier sur une dizaine de kilomètres, il semble qu'ils sont en train de refaire les accotements. Quelques hectomètres plus loin le bitume a disparu laissant terre et cailloux grossièrement tassés. On ne sait pas ou mettre nos roues pour éviter les plus grosses pierres et la chute. Quelques hectomètres plus loin, nous retrouvons le bitume et c'est ainsi sur quelques kilomètres. Engins et camions travaillent sur une portion non bitumée réduisant à une voie la route. Un camion attend que l'on passe mais nous plantons nos roues dans la terre retournée, on doit pousser os attelages sur une dizaine de mètres avant de retrouver le revêtement tassé puis le bitume puis les cailloux, encore et encore jusqu'à la fin du chantier. Les finlandais ne lésinent pas quand ils refont une route elle est remanié en profondeur. C'est sans doute pour cela qu'elles sont belles.

On s'arrête pour un frugal et rapide déjeuner au bord de la route et on repart très vite.

Les arbres grandissent peu à peu, les pins, sapins et bouleaux atteignent désormais la dizaine de mètres. Les fleurs sont un peu plus nombreuses et un peu plus hautes sur les bas-côtés.

Les rennes sont toujours présents sur la route et toujours effrayés par nous mais pas par les voitures qui attendent patiemment qu'ils dégagent la route ce qu'ils finissent par faire en trottinant. Ils ont une étrange façon de courir. De dos on voit leur fines gambettes et leurs larges pieds se mélanger en oscillant de droite à gauche. Ils ne chutent même pas !

Nous arrivons à l'endroit où devrait être le premier camping et... nada, rien. Pas grave le second est à 3 ou 4 kilomètres. Des panneaux masqués nous font craindre le pire. Et, en effet, le camping est définitivement fermé !

Nous avons deux possibilités : faire 35 kilomètres de plus en espérant un camping au bord de la route ou bivouaquer. Nous excluons d’emblée le bivouac car il fait trop froid et nous avons tous les deux envie d'une chambre chauffée

Donc c'est parti pour la plus longue étape de ce voyage. Là nous assurons avec la réservation Booking d'une cabane d'autant que la cabane est 2 ou 3 kilomètres à rebours de notre route ! Les camping et les cabanes sont toujours au bord d'un lac ou d'une rivière, celle-ci ne déroge pas, elle est au bord d'une immense et calme rivière.

Au final nous avons fait près de 93 kilomètres dont près de 10 sur une mauvaise piste caillouteuse avec plus de 500 mètres de dénivelés positif sans soleil pour recharger et nous chauffer !

Ivalo

Un départ laborieux, pas vraiment envie d'y aller et même le ciel nous incite à rester sous la couette, il fait triste et gris. Pendant que je rends la clé Erick vérifie et ajuste la pression des 8 pneus et remplace le rayon cassé de sa Chariote.

On part tout emmitouflés dans nos doudounes, on n'a pas mis les coupe-vents . par dessus parce que l'air est sec mais le froid est tout de même bien vif. La météo à la TV annonce des températures estivales, des feux de forêts et des orages dans le sud de la Finlande et le froid dans le Nord.

Toute la journée, on va rouler à côté de l'immense lac Inarijärvi, traverser des ruisseaux, torrents et rivières qui l'alimentent. Partout les pêcheurs sont à l'ouvrage .

Nous nous arrêtons pour déjeuner dans un supermarché qui vend des plats chauds.

La route fait les montagnes russes, grimpant sur les flancs des montagnes qui enserrent le lac, contournant un mamelon par un petit col, redescendant pour suivre la berge... La route est peut-être inspirée par la Russie toute proche. Nous sommes à moins de 50 kilomètres de la Russie par la route environ 30 kilomètres en ligne droite.

Juste avant d'arriver à notre destination, dans une pâture un troupeau de rennes se repose. Parmi eux, notre second renne blanc. Est-ce que les rennes blancs finlandais portent bonheur à ceux qui les voient comme en Suède ? J'ai envie de croire que oui.

Au camping d'Ivalo, nous prenons une chambre avec kitchenette.

Saariselka

La pluie en été est toujours rafraîchissante mais quand avant la pluie il faisait froid pendant la pluie , il fait très froid. C'est le cas aujourd'hui. On est toujours au nord du cercle polaire et toujours en Laponie.

Nous avons eu une belle surprise ce matin un petit troupeau de jeunes mâles rennes s'est invité sur la pelouse du camping. On a pu s'approcher très près pour faire des photos de leurs impressionnantes ramures !

Au départ, il bruinait à peine, une légère brumisation qui est devenue plus intense puis la pluie est arrivée avant de se calmer pour l'ascension finale puisque nous avons décidé d'une très courte étape pour couper l'étape en deux et gérer la pluie importante de demain.

Nous sommes dans une auberge, dans une station de ski à 300m d'altitude ! Nous en avons vu aussi en Suède des stations de ski à très basse altitude. En fait dès qu'il y a une petite montagne, il peuvent ouvrir, en bas, une station de ski, ils ont de la neige au moins 6 mois sur 12 !

Dans tous les hébergements il y a un sauna en supplément payant parfois mais le plus souvent c'est compris dans le prix. Comme on va dans le sauna nu, il y a des horaires pour les hommes et des horaires pour les femmes à moins de bénéficier d'un sauna privé. Le mot sauna est un mot finlandais utilisé partout où il y a des saunas. Le sauna fait partie de la culture finlandaise. Personnellement, j'adore et Erick n'est pas fan !

Vuotso

Hier soir nous avons eu la visite de curieux à la fenêtre de notre chambre : quelques rennes mâles sont venus brouter près de notre auberge nullement gênés par notre présence.

Ce matin, très vite après le départ, nous avons trouvé la pluie et le vent de face nous la jetais au visage par paquets. Nous avonsmême eu une averse de grésil ou de grêle glçante et claquante. Après une trentaine de kilomètres nous nous sommes arrêtés pour déjeuner à Tankavaara, le village des chercheurs d'or. Il y a toujours des chercheurs d'or et ils en trouvent ! Des pépites de différentes taille trouvée sur place, en vente à la boutique en témoignent de même que les diplômes coupes et médailles gagnées par les orpailleurs du cru lors de concours d'orpaillage à la batée. Le village est un mélange américano-finlandais avec son saloon américain et ses cabanes finlandaises. L'auberge est à l'image du village un mix culturel.

Nous avions anticipé et prévu de nous arrêter très tôt car nous détestons rouler sous la pluie. Un B&B à Vuotso fait l'affaire. Il y a une supérette dans le village dans la quelle nous pourrons nous approvisionner demain matin pour faire une grosse étape, enfin si la météo prévu tient ses prévisions !

Sodankylä

Il a plu toute la nuit et au matin le ciel était enfin dégagé. Il ne faisait pas très chaud.

En sortant de l'auberge nous avons eu la surprise de voir flotter le drapeau français, en notre honneur ?

On a fait les provisions à la supérette du village car il n'y a plus d'approvisionnement possible d'ici Sodankylä à un peu plus de 90 km de là !

A la sortie du village, nous sommes passés devant un atelier d'artisanat d'art. Les artistes ont mis en scène des centaines de vélos. On a eu de la chance que l'atelier était fermé sans quoi nos vélos auraient pu aussi être mis en scène !

Encore une renne blanche avec son petit tout aussi blanc qu'elle ! Encore une promesse de bonheur pour nous !

Nous retrouvons une succession de lacs, de forêts, de marais ! Peu à peu les paysages évoluent on retrouve les bas-côtés très fleuris de même que les jardins des maisons qui redeviennent coquets avec des gazons bien verts et bien tondus ras et une profusion de fleurs.

De même que le paysage change la nuit évolue extrêmement vite nous perdons chaque jour environ 10 minutes de soleil. Ce matin le soleil s'est levé à 3heures 45 et ce soir, il se couchera à 22 heures 50. Il y a encore une dizaine de jours nous vivions le jour polaire sans nuit ! Je me suis levée vers 2 heures la nuit dernière, il faisait nuit ! C'est géant on va bientôt pouvoir dormir sans masque !

Les finlandais sont plutôt sympas et bienveillants, dès qu'ils comprennent que nous sommes français ils placent les quelques mots français qu'ils connaissent comme nous nous essayons de placer nos trois mots finlandais !

Nous roulons sur la nationale E 75 qui ressemble à nos routes deux voies, en parfait état, bien large, et avec une bonne bande pour nos cyclos, le plus souvent. Les conducteurs d'autos et de camions, habitués à s'arrêter pour laisser passer les rennes sont extrêmement patients et respectueux. S’ils ne peuvent pas nous dépasser sans danger pour nous et pour eux, ils restent derrière nous à bonne distance pour ne pas nous stresser. Les camions ne nous doublent que lorsqu'ils peuvent le faire en utilisant la voie de gauche. Pourvu que ça dure !

Korvala

Léger vent du nord et peu de nuage, puis le vent a forci ramenant les nuages que le vent du sud avait remonté. Bref nous avons eu pendant quelques jours du vent de face qui apportait de la douceur et chassait la pluie et aujourd'hui un vent froid dans le dos qui a ramené les nuages. On n'en sort pas !

On a roulé, roulé, roulé, vite et avec peu d'arrêts. La route était bonne à l'exception d'une portion d'environ dix kilomètres de style route suédoise avec des trous tous les 70 centimètres environ sur les lignes des bas-côtés et celle du milieu pour rendre bien sonore le franchissement des lignes. Ça marche : tous les véhicules qui franchissaient la ligne médiane pour nous dépasser faisaient un bruit d'enfer. Par contre, nous nous ne pouvions rouler que sur la voie des voitures.

Nous sommes toujours amusé par le comportement un peu bêta des rennes qui traversent et retraversent la route devant les véhicules. Les pilotes sont accoutumés et hyper patients. Il klaxonnent parfois ce qui n'a aucun effet notoire sur ces placides animaux !

Tous les finlandais avec lesquels on a un peu de conversation sont agréables et très souriants. Nos vélos un peu atypiques sont un bon prétexte pour nous aborder et nous questionner sur notre voyage. L'entretien se termine souvent par des photos, nous allons finir par être connus en Finlande car nous faisons souvent l'objet de posts sur Facebook!Ce soir encore on est dans une cabane au bord d'un petit lac.

Rovaniemi

Il a beaucoup plu cette nuit et le vent du nord ouest a encore forci. Une petite averse pendant notre petit déjeuner, mais les tous oracles météo prédisent temps nuageux, un vent nord-ouest mais pas de pluie sur notre route.

A 8 kilomètres, avant Rovaniemi, passe le cercle polaire arctique et à cet endroit se situe le village de Santa Claus. Nous allons forcément lui rendre visite, enfin s'il est là et pas une pâle copie comme celles que l'on voit dans nos rues et supermarchés peu avent Noël. Mais j'ai des doutes car je suis persuadée qu'il profite de l'été pour faire provision de saumons et autres poissons séchés.

Avant d'y arriver nous avons une large cinquantaine de kilomètres à parcourir sur la E 75 de plus en plus fréquentée à l'approche de Rovaniemi mais un revêtement de velours noir, des automobilistes et camionneurs très respectueux. A l'exception d'un camion qui m'a obligé à freiner pour ne pas partir dans le décor. Il a mal géré le dépassement ou sous estimé la vitesse du véhicule qui arrivait en face.

Nous avons enfin rejoint le cercle polaire arctique, c'est le but de certains voyageurs. Nous sommes trop contents de le franchir vers sud. Nous l'avions franchi vers le nord en Suède.

Nous déjeunons dans le village du *cercle polaire et du Père Noël qui comme nous l'imaginions est un haut lieu touristique avec hôtels, restaurants et de nombreuses boutiques souvenirs où l'on vend d'authentiques produits lapons made in China. Nous avons bien vu Santa Claus qui m'a paru bien jeune, j'ai eu un doute sur son authenticité. Il était en grande conversation avec un jeune finlandais et je n'ai donc pas pu le questionner. La mère Noël n'était pas là et il n'y avait pas non plus de lutins.

A propos de lapons, la Laponie est le territoire des samis, un peuple d'éleveurs de rennes qui y vit depuis des temps immémoriaux. Ce territoire s’étend sur quatre pays : Norvège, Suède, Finlande et sur un petit bout de Russie. Le peuple sami a une langue avec des variantes suivant les régions, une culture, des coutumes, une religion bien qu'ils aient été christianisés, un drapeau, un parlement, ici, en Finlande, une presse, chaînes télés et stations radio... Il vivent de l'élevage des rennes, de la pêche, d'artisanat et du tourisme.

Dans un petit café près d'un lac, nous avons pu goûter du saumon pêché et fumé par eux mêmes. Le poisson a été servi chaud, émietté avec de la crème, dans une sorte de crêpes épaisse et sucrée. C'était bon, ...au début, puis très vite écœurant. Eric a mangé sa crêpe et la moitié de la mienne. Il était environ 11 heures le matin et ce fut son seul repas de la journée ! Quelle économie !

Nous allons rester une journée à Rovaniemi essayer de trouver des rayons pour la chariote d'Erick avant de reprendre la route pour Helsinki en van et rejoindre l'Estonie en bateau. Nous n’excluons pas de raccourcir de même la traversée de la Pologne et de l'Allemagne.

Rovaniemi (jour2)

Comme nous n'avions pas vraiment prévu de louer un véhicule, de rester à Rovaniemi nous n'avons loué que pour une nuit un magnifique appartement en plein centre ville dans un immeuble ancien. L'appartement est très moderne et super bien équipé. Nous disposons même d'une machine à laver qui est vite mise à contribution.

Donc, ce matin du 2ème jour nous devons déménager l'appartement est reloué. Nous en avons trouvé un autre pas très loin. Avant d'aller s'y installer nous faisons le tour des vélocistes pour trouver des rayons pour la Chariote et chou blanc aucun n'a de rayons de 172 mm. Nous galérons pendant plus de 2 heures pour récupérer la clé de l'appartement, la propriétaire a oublié de nous envoyer les infos sur la situation et le code de la boîte à clé.

Après avoir posé nos bagages nous repartons à la recherche e de rayons ?. Nous revenons à l'appartement, bredouilles et dépités. Pas grave on verra à Helsinki.

La ville de Rovaniemi ne présente pas grand intérêt du fait que c'est une ville moderne construite après la dernière guerre car elle avait été complètement rasée. Il ne reste rien de la ville ancienne.

Kärsämäki

Nous avons été chez Europcar récupérer notre véhicule, un OPEL Combo. Nous avions réfléchi à la meillure méthode de chargement et nous déroulons tranquillement notre plan d'embarquement. Voilà tout est rentré et bien calé. Le contenu de nos Carrito et Chariote reste disponible. L

a première étape en voiture équivaut à environ 5 jours de vélo, pour nous, soit 360 km. cette première étape faite de longues lignes droites plates et monotones avec une circulation automobile qui s'accroît, nous a conforté dans notre choix. Nous avons beaucoup aimé le nord de la Finlande, la moitié sud est très différente.

La forêt disparaît pour laisser place à l'agriculture et à l'élevage bovin et ovin. Le climat a changé aussi plus sec et plus chaud. L'herbe des bas-côté des routes à jauni et perdu cette belle couleur vert tendre. Moins de fleurs et plus du tout d'animaux excepté des vaches et de rares moutons dans les pâtures clôturées. Cela ressemble au sud de la Suède. Nous espérons que les pays baltes seront plus agréables à traverser.

Le temps a changé et la pluie menace donc en arrivant au camping nous nous enquerrons de la la location d'une cabane. Ce sera la plus rustique qu'on ait eu jusqu'ici .

 

Jyväskylä

Les paysages évoluent avec beaucoup moins de forêts et beaucoup plus de terres cultivées, de pâtures et d'élevages bovins. Encore et toujours des lacs et, même s'ils sont moins nombreux que dans le nord, ils sont parfois immenses et toujours très beaux. C'est à côté de l'un d'eux que nous faisons la pause déjeuner.

Même si l'on voit encore des panneaux signalant le passage de rennes ou d'élans, nous n'en n'avons plus vu depuis Rovaniemi.

La route, excellente pour les voitures, nous conforte dans notre choix. Depuis quelques dizaines de kilomètres, avant Oulu, la route est "trouée" sur la bande blanche à droite et au milieu pour la rendre sonore et vibrante lorsqu'on roule dessus. Ça été notre cauchemar en Suède et ça l'aurait été en Finlande. La fréquentation à également beaucoup augmenté. Le revêtement est excellent contrairement au revêtement suédois néanmoins les bas-côtés trop étroits et dégradés nous auraient obligé à rouler sur la route.

Nous faisons étape à l'auberge de jeunesse de Jyväskylä. L'auberge est construite au pied des pistes de ski de la ville. Je profite d'un de mes derniers sauna finlandais voir peut-être le dernier. Dans toutes les villes construites près d'une colline il y a des pistes de ski et des sautoirs. Il est logique que les finlandais, norvégiens et suédois excellent dans ces disciplines.

Helsinki

La route est excellente pour les voitures. Toujours pas de risque de verser si l'on somnole, l'horreur du 'bosselage" ou "trouillotage" se poursuit jusqu'à l'entrée sur la quatre voies. Nous aurions du subir cette route une bonne dizaine de jours, cela nous ôte le dernier soupçon de regret lié à une jolie partie un peu montagneuse et plus sauvage.

Afin de ne pas nous mettre de pression et prendre le temps de visiter un peu nous avons réservé une chambre avec parking, dans une auberge de jeunesse près du centre ville. A l'arrivée, nous prenons possession de notre chambre et allons au "market" voisin nous approvisionner pour le repas du soir. Je suis un peu déçue, l'auberge est au 11ème étage d'une tour et il n'y a pas de sauna.

Avant neuf heures, le matin, nous partons rendre la voiture et réserver nos billets pour le bateau de demain. Enfin libérés de nos contraintes et obligations nous partons à la conquête de la ville et en quête de rayons !

Nous déjeunons sur le port de poissons grillés des miukku (corégones blancs) avant de nous remettre en quête de rayons. La recherche des vélocistes nous fait errer dans le centre historique d'Helsinki. Nous entendons souvent parler français, signe que beaucoup de nos compatriotes n’ont pas choisi les plages cet été !

Après la visite de la très imposante cathédrale à l'intérieur très dépouillé comme il se doit dans un lieu de culte luthérien, nous rentrons à l'auberge éreintés avec près de 25 km dans les pattes et plus de 500 m de dénivelé positif !

Helsinki - Tallinn

Peu de kilomètres aujourd'hui juste les kilomètres nécessaires pour aller de l'auberge au port et du port à l'hôtel. Comme nous avions du temps avant de prendre le bateau nous avons fait le trajet en longeant la côte très découpée.

Nous avons, également, profité de ce temps pour changer les couronnes suédoises qui nous restaient. Nous n'avions pas pu les utiliser car les suédois privilégient la monétique comme les norvégiens et finlandais. Les allemands qui étaient très attachés à la monnaie deviennent aussi adeptes de monétique.

Actualités

Projet 2021 : CAP NORD aller et retour