Lituanie

En résumé, la Lituanie :

Un pays très contrasté en terme de niveau de vie. Les gens paraissent très pauvres dans les campagnes et dans les villes le niveau de vie paraît très proches du nôtre voire légèrement supérieur.

Je suis venu dans ce pays plusieurs fois il y a une quinzaine d'années. Le parc automobile était pauvre, peu de Lituaniens avaient leur propre voiture. Aujourd’hui, les routes sont très chargées. J'avais eu le sentiment d'un pays couvert de forêts entre les ville et ça et là quelques pauvres fermes. La forêt est beaucoup moins étendue que dans mon souvenir mais les pauvres fermes sont toujours de pauvres petites fermes.

Les visites aux supermarchés sont éclairants sur la différence de niveau de vie entre les villes et les campagnes. Dans les supermarchés éloignés des pôles urbains, pas de viande rouge un peu de porc et du poulet. On peut y acheter des sacs de pattes, de têtes ou de cous de poulets, produits qu'on ne trouve pas dans les villes.

L'alcool, pas cher, est vendu partout, néanmoins l’alcoolisme est moins visible que chez le voisin letton.

dates Etapes Km Déniv. VM Hébergement
jeu. 19 août 21 Frontière à Pasvalys 31.21 84 13.76 Kamping Pasvalys
ven. 20 août 21 Panevezys 40.11 57 17.43 Hotel Romantic et Spa
sam. 21 août 21 Kédainiai 62.86 132 18.42 Hotel Grejaus Namas
dim. 22 août 21 Kaunas 56.22 185 18.42 Hotel Cozy Amberton
lun. 23 août 21 Kaunas       Hotel Cozy Amberton
mar. 24 août 21 Marijampolé 59.1 168 19.45 Old town Bakery Apartment
mer. 25 août 21 Frontière polonaise 40 282 18.8  
Lituanie Totaux 289.5 908 106.28  
  Moyennes 48.25 151 17.71  

De la frontière lettone à Pasvalys

Les restaurants sensés être ouverts à la frontière ne le sont pas ou plus. A l'épicerie de la station service nous achetons 2 sandwiches club, on espérait un repas. Un café et on repart !

La route est à peine moins bonne qu'en Lettonie. La frontière n'a, hélas, pas arrêté le vent. Quelques rares rayons de soleil nos permettent d'engranger quelques watts qui nous permettrons d'arriver au camping de Pasvalys où nous avons loué une cabane.

Panevezys

Enfin un jour sans pluie ! Le vent est toujours fort et toujours de sud ouest ! Nous pédalons toujours contre le vent. Les bras et les épaules sont douloureux à tenir fort le guidon pour maintenir le vélo en ligne.

On traverse de vastes étendues agricoles. Beaucoup de petites fermes. On voit fréquemment deux à quatre vaches dans les prés attachés à des chaînes. Cela nous rappelle les campagnes de notre enfance avant l'industrialisation de l'agriculture.

La route est belle et aujourd'hui nous avons retrouvé un large bas-côté qui nous permet de regarder autre chose que notre rétroviseur. Les camions n'ont même plus besoin de s'écarter ! Une dizaine de kilomètres avant Panevezys, nous quittons la nationale E67 pour une route un peu moins bonne. Nous nous arrêtons déjeuner près de l'intersection dans un restaurant qui propose de la cuisine locale. Je vais enfin retrouver les cepilinai que j'avais appécié lors de précédents voyages en Lituanie, Erick joue la sécurité porc pané, frites et salade.

L'entrée dans la ville est un peu longuette et tristounette. La route est bordée par des maisons vétustes, des ateliers divers puis des immeubles tristes...

Nous nous arrêtons devant la très imposante église Saint Pierre et Saint Paul Apôtres dans laquelle nous ne pourrons pénétrer car un mariage est sur le point d'y être célébré.

Nous traversons le centre ville rénové et en cours de rénovation pour rejoindre notre hôtel construit dans un ancien moulin.

Kédainiai

Le ciel était bleu pur et le soleil bien présent lorsque le réveil nous a fait tomber du lit à 8 heures. Notre nuit a été un peu fractionné par l'appel téléphonique de la réception de l'hôtel pour nous informer qu'il n'y avait pas d'eau chaude. Nous avons apprécié !

Ils se sont rattrapés avec le buffet du petit-déjeuner fort varié et avec des produits de très bonne qualité. Pas encore le jus d'orange frais mais on s'en approchait ! Nous avons dévoré de quoi attaquer avec force une étape au profil incertain. Nous avons décidé de ne pas prendre la nationale E67 mais une route numéroté 195. Nous sommes un peu inquiets mais on verra si le bitume va au bout ou pas. La sortie de Panevezys n'a pas été simple avec le chantier en cours la plupart des des rues indiqués sont fermées. Personne ne travaille aujourd'hui, samedi, cela nous permet de passer en poussant nos montures à travers une rue défoncée pour éviter un hasardeux détour !

Le ciel n'est pas resté bleu longtemps, les nuages se sont vite accumulés avec le vent qui a légèrement tourné et forci.

La route toujours quasi droite ondule légèrement au gré des légères ondulations du terrain. Plateaux et plaines s'enchaînent avec peu de forêts et peu d'obstacles au vent.

Nous nous arrêtons déjeuner à Navarre. Nous montons à la Basilique de l'Assomption de la Vierge Margie dont nous voyions les deux tours coiffées de cuivre depuis plusieurs kilomètres. Nous ne pourrons pas visiter ce sanctuaire très connu car l’Évêque y officie. Cette église renferme une image miraculeuse de la Vierge et beaucoup de pèlerins affluent à cet endroit, c'est un peu un "Lourdes" balte ; c'est aussi un passage pour les pèlerins en route pour Saint Jacques de compostelle. Il semblerait que le Pape Jean-Paul II soit venu.

Au restaurant, pour 4 euros par personnes nous avons un plat, un dessert et une boisson. Le plat était un plat surprise : salade de chou, pommes de terre rôties et un filet de poulet pané farci de jambon et fromage. On s'est alimenté ! La grande majorité des fermes que nous voyons sont de petite taille. 2 à 4 vaches paissent enchaînées à proximité des fermes. Il paraît clair qu'on ne roule pas sur l'or dans le coin. Nous faisons étape à Kédainiai.

Kaunas

Globalement, plutôt ensoleillé, bonne douceur des températures entre 20 et 23° vent faible d'ouest. Les conditions météorologiques sont enfin presque optimales !

Encore aujourd'hui, nous allons éviter la nationale E67. Nous sommes un peu inquiets car nous allons emprunter une route à 4 chiffres la 1906. Tant pis si celle-ci se termine sans bitume on avisera ou on assumera ! Au départ ? la route est très dégradée avec des trous et rapiéçages en bosses" nombreux. Ensuite elle s'améliore pour devenir une belle route agréable à rouler et calme en terme de fréquentation. A une vingtaine de kilomètres du centre de Kaunas, le bitume n'est plus que sur le centre de la route et pour l'équivalent d'une voie très dégradée.

Notre route s'étale et paresse dans la campagne lituanienne qui prend tour à tour des airs de Gers ou de Normandie. Des prairies, des champs de maïs, de chanvre, des chaumes, des collines, des pommiers, des vaches, des chevaux,... on pourrait se croire partout en France. Les différences se trouvent dans l'habitat le plus souvent des maisons en bois et dans ces belles sculptures, un peu naïves,en bois ou en pierre qui marquent des événements, l'entrée d'un village, d'un hameau, d'une entreprise, d'une résidence, d'une maison... On en voit aussi devant les églises et dans les cimetières...Les vélos fleuris sont aussi très nombreux. Dans les villes on voit souvent de belles peintures. Les baltes on un goût certain pour l'art.

Nous entrons dans la vieille ville de Kaunas pas un pont coupé à la circulation automobile pour cause de réfection. Magique ! Nous pouvons nous arrêter et embrasser la ville et la rivière Néris du regard et de de l’objectif. Nous sommes proches de la confluence avec le Niemen. Pour y arriver c'est très simple, il suffit de suivre les coquilles du chemin de Saint Jacques sur la piste cyclable, les poteaux, les feux tricolores,...

Nous prenons nos quartiers pour deux nuits dans un hôtel de la vieille ville. Nous sommes à quelques pas des monuments à voir et à visiter.

Kaunas

La ville de Kaunas fut longtemps la capitale de la Lituanie, elle est aujourd'hui la 2ème ville du pays. Cette ville dont la fondation est antérieure à l'an 1000 a gardé un riche patrimoine et cela malgré les différentes invasions qu'elle a subi et les contraintes et interdictions qui furent imposées à ces habitants. Occupée par les Polonais, cédé aux russes, allemande pendant la 1ere guerre mondiale, lituanienne entre les deux guerres, annexés par l'Allemagne en 1940 et aussitôt cédé aux soviétiques puis à nouveau sous le joug allemand entre 1941 et 1944. Elle redevient soviétique comme tous les pays baltes après Yalta !

La résistance aux différentes occupations et la résilience de ce peuple est remarquable. Le street art est l'une des manifestions passives de résistance qui n'a jamais pu être stoppé par les occupants. Le vieil homme sage représentant un vieil homme fumant une pipe est l'une des plus anciennes œuvre présente à Kaunas. La jeune fille perchée sur un nichoir à oiseau est l'une des plus récentes œuvres elle intitulée par son auteur Je suis rentrée à la maison"

La maison de Perkūnas est un monument de style gothique non religieux. Elle a été construire par des commerçants près du port fluvial. Récupéré par les jésuites elle est devenue une chapelle avant de devenir un musée. Son nom est du à l'ancienne divinité du tonnerre dont on aurait retrouvé une statue à l'intérieur.

L'église de Witold le grand jouxte la maison de Perkūnas. Les églises et basiliques sont ouvertes, généralement, pas celle-ci. Nous visitons ensuite l'église jésuite de Saint François Xavier puis l’église Saint Georges Martyr. L'église et le monastère attenant sont détenus par les franciscains qui assurent en outre, en ce lieu, l'accueil des pèlerins à Saint Jacques. Cette église et le monastère furent incendiés et reconstruits. L'église fut transformée en magasin pendant l'occupation soviétique. Les franciscains se battent aujourd'hui pour restaurer la fonction primitive des lieux.

Les restes de la forteresse médiévale à la confluence de la Néris et de la Niémen témoignent aussi de la volonté des Lituaniens de préserver leur territoire des invasions. Près des ruines de la forteresse se dresse un immense "Vytis" en bronze. Le chevalier blanc figure sur fond rouge sur les armoiries de la Lituanie.

La Cathédrale richement peinte et décorée est dédiée à Saint Pierre et St Paul apôtres. Une relique de Jean-Paul II trône sur un autel sous son portrait en pied. Jean-Paul II était venu en visite en Lituanie en 1993. Un chemin de pèlerinage a depuis été institué pour marcher sur ses pas de Vilnius à Klaipeda puis à Rokiskis près de la frontière Lettone.

En face de l'hôtel, sur la petite place est un monument commémoratif du 11 mai 2014, jour où il ne s'est rien passé de particulier à cet endroit !

En matière de gastronomie on repassera, hier midi lasagnes et pizzas, hier soir spaghettis carbonara et à midi burgers ! On va essayer de faire mieux ce soir en allant dans un restaurant repéré de spécialités lituaniennes. Le restaurant était sympa mais le service ....

Marijampolé

Enfin une sortie de ville aisée ! En logeant dans la vieille ville de Kaunas,nous avons évité la ruche de la ville moderne. La vieille ville est dédiée aux loisirs. Il n'y a que les monuments à voir et visiter, des galeries d'art, une zone dédiée au sport et jeux d'enfants près de la rivière, des bars, restaurants et discothèques. Pas de boutiques, même pas les habituelles boutiques de souvenirs made in China !

La météo du jour est très favorable, température douce supérieure à 20°, ciel partiellement nuageux et vent du nord ! Léger vent mais favorable !

La sortie a été très longue, sur une piste cyclable au bord d'une deux fois trois voies bordées de commerces de voitures, PME artisanales et commerciales,...

J'ai enfin réussi à renouveler le bouquet de mon vase en chipant des fleurs municipales et en bordure de jardins. En Lituanie, il n'y a pas de fleurs sur les bas-côtés des routes car ceux-ci sont régulièrement tondus.

A la fin de la piste cyclable, on a pris un morceau de la nationale E67 à 4 voies sur une très large bande d'arrêt d'urgence jusqu'à une sortie vers une route beaucoup plus tranquille.

Vers midi on s'arrête au milieu de nulle part dans un restaurant où pour 4.45 Euros par personne on nous sert le menu (surprise) du jour ! Le menu "lunch" c'est une soupe et un plat boissons en sus. La "surprise" du jour c'est potage de légumes à la tomate et poulet au curry et riz.

Nous nous arrêtons dans un bois chercher des champignons pour le dîner. Un seul pauvre petit cèpe nous a sauté dessus, il parfumera nos pâtes ! Nous avons loué pour ce soir un appartement avec machine à laver donc nous allons faire une lessive et nous préparer un repas vraiment choisi !

Jusqu'à la frontière polonaise

Il fait un peu frais ce matin mais le soleil est présent avec quelques gros nuages qui le masquent de temps à autre.

Nous sommes frappés par la similitude de cette place centrale avec la place centrale de Tirana en Albanie ; Sur cette place trône le monument érigé en 2015 pour le 1000ème anniversaire de la Lituanie. Nous partons par la route 201 qui va rejoindre la nationale E67 à une vingtaine de kilomètres. Nous pensons que nous n'en avons que jusqu'à la frontière à moins de 20 kilomètres. Les polonais ont construit une 2 fois deux voies donc la E 67 devrait être sympa !

Le bas-côté de la E67 n'est pas très large et les camions en file indienne se croisent l'espace entre eux ne leur permet que trop rarement de s'écarter de nous.

Nous nous arrêtons déjeuner d'un hot-dog près de la frontière.

Et enfin nous arrivons à la frontière. Devant nous la Pologne, à quelques kilomètres à droite la Russie avec son enclave de Kaliningrad et à quelques kilomètres à gauche, la Biélorussie. La police Lituanienne est présente et bien sûr nous laisse passer !

Actualités

Projet 2021 : CAP NORD aller et retour