Norvège

En résumé,

Notre passage en Norvège fut très court. La Norvège est un magnifique pays dommage que la vie y soit si chère ! La Norvège restera dans nos coeurs pour l'immense émotion qu'elle nous a procuré lorsque nous sommes arrivés au Cap Nord. Nous ne sommes pas près d'oublier Nordkapp, cette île pelée tout au nord de l'Europe, une recontre, un autre monde.

dates Etapes Km Déniv. VM Hébergement
lun. 19 juil. 21 Frontière à Kautokieno 42.38 565 22.01 Artic Motell et Camping
mar. 20 juil. 21 Máze 63.6 493 20.13 Camping Máze
mer. 21 juil. 21 Alta 68.33 392 20.11 Alta river camping
jeu. 22 juil. 21 Hammerfest 27.79 293 12.32 Embarquement Boreal
ven. 23 juil. 21 Honningsvåg       Embarquement Hurtigruten
sam. 24 juil. 21 Honningsvåg       Nordkapp camping
dim. 25 juil. 21 Nordkapp 53.18 1253 18.39 Nordkapp camping
lun. 26 juil. 21 Honningsvåg 9     Embarquement Hurtigruten
mar. 27 juil. 21 Neiden 50.86 531 19.93 Camping Neiden Fjellstue
mer. 28 juil. 21 Frontière Finlandaise 5.4      
Norvège   320.54 3527 112.89  
    53.42 587. 18.82  

Kautokeino

L'espace Schengen a été tué par le Coronavirus, les contrôles d'identité aux frontières sont rétablis. Pour entrer en Norvège, il faut être complètement vacciné depuis plus de 14 jours sans quoi c'est la quarantaine !

La route a ondulé copieusement toute l'étape et un vent latéral gauche a essayé de nous pousser dans le fossé toute la journée.

Une étape lassante, longue dans une sorte de steppe aux arbres bas, très peu peuplée. Même les rennes ne sont pas là pour nous distraire.

Éreintés nous sommes arrivés au camping de Kautokeino près d'un lac où nous allons prendre un repos bien mérité dans une cabane.

Máze

Nous sommes partis un petit peu plus tôt ce matin et arrêtés très vite pour faire quelques provisions pour la journée car nous ne reverrons pas de supérettes de la journée pas plus que demain. En Scandinavie toute l'alimentation s'achète au supermarché ou à la supérette, il n'y a pas de boulangeries juste un terminal de cuisson dans les supermarchés. En Suède, dans les supermarchés, il n'y avait que de l'alimentaire et hygiène ou presque sauf dans les villages un peu isolés où on pouvait trouver quelques produits de première nécessité (ampoules, petit bricolage de base,...). En Finlande et, ici, en Norvège , les supermarchés ressemblent aux nôtres avec un peu d'habillement, un peu de bricolage, un peu de déco,... mais cela reste marginal.

La nationale E45 n'est pas hyper fréquentée, donc nous roulons en sécurité et nous pouvons apprécier le paysage très naturel. A part quelques clôtures pour les rennes, des camps sami vides et quelques maisons isolées au bord des lacs, il y a peu de trace de présence humaine. Les fleurs se font plus rares et sont beaucoup plus basses de même que les arbres qui dépassent rarement les six mètres de haut. Plus de beaux jardins fleuris, quelques rares potagers subsistent. Pas de volaille, plus de moutons, de vaches et chevaux.

Depuis trois jours nous avons froid, le vent ouest-nord-ouest amène des nuages de pluie glaciale et un froid polaire, la température est descendue en dessous des 10° aujourd'hui. Il semblerait que cela doive durer toute la semaine avant de se remettre à une météo estivale. Aujourd'hui nous avons pris une averse forte et cinglante, une sorte de grésil nous est tombé dessus. Peu après le vent a chassé les nuages. Pour la charge solaire, ce n'est pas terrible : beaucoup de nuages et peu de soleil

Nous avons ressorti les vêtements chauds, pulls, pantalons longs, doudounes, bonnets, gants,... Heureusement que les campings proposent la location de cabanes. Les prix diffèrent beaucoup de même que l'équipement rudimentaire comme aujourd'hui à très confortable comme samedi. Toutes ont le chauffage, un réfrigérateur et un réchaud.

On a parfois un bon WIFI et parfois comme aujourd'hui rien mais partout on a de la 4G donc du réseau. Quand on a du WIFI on peut regarder la télé, on a ainsi pu suivre à peu près le Tour de France et voir beaucoup d'arrivées en live. On peut suivre l'actualité et éviter de trop se déconnecter bien que l'éloignement et nos préoccupations quotidiennes très basiques (boire, manger et dormi) font de nous des observateurs distants.

Alta

5° au thermomètre et sur l'appli météo qui indique en outre 2° ressentie et là aussi je confirme. En outre, il fait gris et il bruine à moins que ce ne soit de la neige fondue.

Nous hésitons à quitter la chaleur de la cabane mais comme la météo prévoit le même temps pour demain, voire pire, et que nous ne pouvons pas nous éterniser au risque de mourir de faim. Nous décidons d'y aller.

Ni Osmand ni Maps n'indiquent la présence sur la route d'alimentation, de bar ou de station service, rien sur les soixante dix kilomètres qui nous séparent d'Alta.

On monte... beaucoup et on descend... un peu sur les premiers 20 kilomètres et la bruine est devenue pluie et le froid plus mordant encore. Les montagnes nous protègent relativement bien du vent, heureusement car il était très fort au départ et...de face !

Après un peu plus de 25 kilomètres, un panneau indique un café, restaurant et cabanes à 2 kilomètres. L'ensemble est au bas d'une belle descente et le café-restaurant est ouvert. Nous profitons de cette pause inattendue pour nous réchauffer un peu avant d'affronter les quelques 45 kilomètres qui nous restent à parcourir quasi tout en descente selon nos guides GPS. Ce qu'ils ne nous indiquent pas c'est qu'en effet globalement on descend mais après une longue et douce descente on se heurte à une butte parfois bien longue et pentue.

Nous descendons le long de la rivière qui, tour à tour, s'alanguit dans un vaste lit ou s'insurge et devient torrent tumultueux dans une gorge étroite. Ici et là un ru ou une cascade l'alimentent. Ce serait une merveilleuse et très belle étape sous le soleil.

Plus on descend, plus la température monte, nous repassons la barre des 10° et des espaces de ciel bleu apparaissent à l'approche d'Alta.

Ce soir nous sommes dans une cabane propre et confortable dans un camping au bord de la rivière.

Honningsvåg

Nous sommes à 240 km du Cap Nord. Très tranquillement, le matin, nous nous sommes rendus au port pour voir si le ferry rapide qui va d'Alta à Hammerfest peut nous embarquer avec nos vélos. Au port, pas de bureau d’information, juste une cabane vitrée et chauffée pour accueillir les passagers. Un catamaran accoste, je vais voir de près et c'est celui que l'on doit prendre. On discute un peu avec le gars et c'est d'accord il nous embarque avec nos vélos. On part déjeuner et on revient bien avant l'heure pour replier les panneaux afin de diminuer l'encombrement. Carrito et la chariote sont rapidement embarquées et prennent place dans l'espace bagage. Nos vélos sont entrés dans un espace technique.

Nous arrivons Hammerfest vers 16 heures, nous traînons un peu sur le port à la recherche d'informations sur le quai d'embarquement de notre prochain ferry demain matin à 05 h 45. Il fait froid, il vente et il bruine. Nous allons prendre une boisson chaude et grâce à Osmand nous repérons le quai et la salle d'attente passagers. Nous espérions y rester jusqu'à l'arrivée du bateau mais la salle sera fermée de 21 heures à 8 heures. Le chef a dit d'aller camper dans le jardin ! Nous nous résignons à prendre une chère chambre d'hôtel.

Nous avons peu et mal dormi. A 5 heures nous quittons l'hôtel munis de sandwiches et de jus de fruits pour compenser le petit déjeuner qui est servi à partir de 6 heures. Notre bateau entre dans le port et amorce sa manœuvre d'accostage. Nous arrivons au quai d'embarquement avant la fin de l'amarrage. Nos vélos et nous sommes embarqués via une rampe et un ascenseur à voitures. Après les formalités d'enregistrement, nous montons au 7ème étage prendre notre petit déjeuner fourni par l'hôtel et nous installer confortablement dans les fauteuils du salon panoramique. Je ne tarde pas à m'endormir tandis qu'Erick admire le paysage et scrute la mer.

Après un peu plus de 5 heures de navigation nous arrivons à Honningsvåg sur Nordkapp, l'île du Cap Nord. Nous avons évité les tunnels dont le plus long de près de 7 km sous la mer. Nous reprenons le pédalage vers le Cap Nord jusqu'au Nordkapp camping où nous prenons une chambre dans une sorte d'auberge de jeunesse. Ce sera notre camp de base jusqu'à lundi où nous reprendrons un ferry pour Kirkenes près de la frontière finlandaise.

Demain si le vent et la pluie se calment nous ferons les 26km aller et le retour sinon quoiqu'il advienne nous les ferons dimanche. La météo prévoit le retour du beau temps à partir de dimanche. En espérant qu'ils ne se trompent pas !

Nordkapp

Samedi la météo ne s'est pas améliorée et même loin de là, le vent a soufflé très fort toute la journée en continue et a ajouté de puissantes rafales avec la pluie. Un temps à rester sous la couette et c'est ce que nous avons fait ! Au chaud, sous la couette toute la journée.

Dans la nuit le vent s'est apaisé et ce dimanche matin, le ciel est tellement bas que l'on est dans les nuages ou le brouillard. Il fait très froid, le brouillard nous humidifie de toute part.

Dès le départ le ton est donné, un panneau indique une côte à 9%, 5 km de montée, un plat, une descente trop courte et 2ème col et on enchaîne... pendant 26,6 kilomètres.

On arrive ainsi à une cabine de péage. Il faut payer pour accéder au bâtiment mais c'est gratuit pour les vélos !

Nous sommes HEUREUX, un peu ébahis d'y être arrivé. Nous savourons, nous dégustons ce bonheur d'être là, d'avoir réussi la première partie du challenge. On se restaure, on se réchauffe, on recharge une batterie.

Je suis un peu triste d'être arrivée au bout sans ma Carrito, mais il était plus sage de la laisser au camp de base avec la Chariote, car avec ce ciel gris et bas, elles nous auraient fait manger des watts s'en nous en apporter un seul ! Avec Tornado et Tornada nous avons fait 4556 km pour aller jusqu'au Cap Nord !

On fait les photos, les emplettes, les cartes postales,... La visite du site en intérieur : salle des lumières, chapelle œcuménique, galerie des oiseaux, galerie des événements historiques,... En extérieur, le globe bien sûr, au pied duquel on pose notre pierre et le monument des enfants de la Terre.

Retour au camp de base, plus rapide que l'aller. Le ciel s'étant un peu dégagé, on s'arrête, de temps en temps pour faire des photos. C'est un paysage de très haute montagne, avec une herbe courte, quelques fleurs basses et par un arbre. Çà et là des plaques de neiges subsistent. Tout petit, tout en bas le camping que l'on peut voir sur l'une des photos, c'est notre camp de base.

Demain c'est MS Nordnorge de la compagnie Hurtigruten qui va nous prendre en charge. Nous sommes arrivés ici avec le MS Polarlys de la même compagnie. Un voyage d'une quinzaine d'heures pour aller au fond d'un fjord à Kirkenes près du point de rencontre de trois pays : Norvège, Finlande et Russie.

Neiden

Hier matin, nous avons dit au revoir à Élisabeth et Hubert, deux cyclotouristes qui partaient à l'assaut du Cap Nord alors que nous nous apprêtions à quitter le Nordkapp camping pour redescendre à Honningsvåg prendre le ferry Hurtigruten MS Nordnorge pour Kirkenes.

Peu avant midi, nous embarquons nos attelages dans les entrailles du navire et nous prenons possession de notre cabine. Un confortable logis pour une arrivée prévue à 9 heures. Le bâtiment est quasi vide, la majorité des passagers est parti au cap Nord en bus. Les jacuzzis sur le pont arrière de notre étage sont déserts et encouragée par un franc soleil, je me délecte de ce confort un peu inattendu. Erick préfère se reposer dans la cabine.

Le navire appareille à 14 heures trente précises, il doit faire 6 arrêts avant Kirkenes. La Compagnie est subventionnée en contre partie d'un service public de transport de fret, de passagers motorisés ou non, tout le long de la côte Norvégienne, attraction touristique ou pas.

Le soleil qui brille enfin nous permet de rester de longs moments sur les différents ponts pour admirer les paysages dénudés du nord de la Norvège. Les arbres y ont très rares. Les ports sont colorés et l'océan arctique d'un bleu pur et profond. Le bateau s'enfonce, parfois, dans des gorges étroites pour atteindre le port tout au fond. C'est magnifique !

Le crabe royal et autres mets raffinés dont j'ai un peu abusé ajoutés au repas pris à une heure tardive, je vais passer une mauvaise nuit.

Ce matin, le petit déjeuner est aussi copieux et agréable que le dîner. Je n'abuse pas. Vers 9 heures et demie nous quittons le navire en direction de la Finlande.

On fait bien attention aux routes sur lesquelles on s'engage car nous sommes tout près de la Russie. A quelques kilomètres de Kirkenes, nous traversons une zone montagneuse magnifique sous ce beau soleil. Néanmoins nous ne ferons pas de photos car nous traversons une immense zone militaire sur laquelle il est interdit de s'arrêter, de faire des photos...

Nous longeons des lacs ou une rivière très large sur les rives de laquelle vivent des eiders, des mouettes, des cormorans et toutes sortes d'autres oiseaux. Des rennes de tous sexes et âges s'enfuient à notre passage.

Après avoir grillé et remplacé deux fiches Andersen, nous arrivons à notre camping du jour tenu par des lapons au bord de la rivière.

A bientôt sur la page Finlande (retour)

A très vite pour la suite de nos aventures !

Actualités

Projet 2021 : CAP NORD aller et retour